You are about to access an external page. Its content may not be accessible to all users.

Dans les coulisses d’un vol cargo à destination de Shanghai

Lire en: English ou Deutsch

Je m’appelle Sascha et je suis pilote sur notre Boeing 777. J’aimerais aujourd’hui partager avec vous mon expérience actuelle, qui est très différente de ce qui se passe habituellement. À quoi ressemble ma journée de travail en cette période particulière ? Je vous emmène sur un vol cargo à destination de Shanghai, dans un avion normalement destiné à transporter des passagers. Bienvenue à bord !

Notre vol vers Shanghai était un vol cargo uniquement mais également un vol très spécial. Dans ce Boeing 777 en particulier, tous les sièges de la cabine SWISS Economy ont été retirés pour pouvoir transporter encore plus de fret. Il n’y avait aucun passager de tout le voyage, seul un petit équipage, un responsable du chargement et un technicien de maintenance de cabine étaient présents à bord. Pour nous, pilotes dans le cockpit, un vol de fret n’est au final pas si différent d’un vol avec des passagers : notre tâche consiste à voler de la destination A à la destination B en toute sécurité. La seule différence est que l’avion est un peu plus léger que d’habitude, mais on ne le perçoit pas vraiment. Pour nos collègues de la cabine, en revanche, le fonctionnement est tout autre. La plus grande différence est de n’avoir à s’occuper d’aucun passager. Dans notre cas, le fret n’a été chargé qu’au retour, de sorte que la cabine était même complètement vide sur le vol vers Shanghai ce qui lui donnait un aspect presque sinistre.

Après un vol aller plutôt tranquille et un beau lever de soleil, nous sommes arrivés à Shanghai. Sur place, nous avons été pris en charge à l’avion et accompagnés à l’hôtel. En chemin, nous avons passé par différentes étapes en raison des mesures de sécurité renforcées : du contrôle des passeports aux contrôles médicaux avec entretien, toute la procédure a pris environ 2 heures avant que nous arrivions enfin à l’hôtel de l’aéroport. Equipés d’un panier-repas, nous avons été conduits à nos chambres. Après s’être dit au revoir, nous avons passé le reste de l’escale en isolement. En plus de nous reposer, nous profitons habituellement des escales pour nous retrouver avec nos collègues de l’équipage pour passer du temps ensemble, explorer la ville ou prendre un repas – ce qui a été malheureusement impossible dans la situation actuelle.

Le lendemain matin, nous étions déjà sur le chemin du retour, cette fois-ci non seulement avec la cargaison dans la soute, mais aussi dans la cabine. Pour rendre possible un tel vol cargo, il est nécessaire d’avoir à bord un « loadmaster » et un technicien de maintenance de cabine. Ils planifient le chargement de l’avion et veillent à ce que le fret soit correctement arrimé. Ensemble, ils donnent également des instructions aux autres membres de l’équipage, leur indiquant ce qu’il faut surveiller pendant le vol et la procédure à suivre si des parties du fret se détachent pendant le vol. Une fois toute la marchandise chargée et les dernières questions résolues, nous avons entamé notre vol de retour vers Zurich. Pendant le vol, nos collègues de l’équipage ont effectué des rondes méticuleusement organisées dans la cabine toutes les 10 minutes afin de s’assurer que tout était en ordre – comme ils le feraient normalement avec nos passagers à bord.

Je vous remercie de m’avoir suivi jusqu’à Shanghai. Prenez soin de vous.

Salutations, Sascha