You are about to access an external page. Its content may not be accessible to all users.

#AskTheExpert avec Michael Trestl, Programmation des vols

Lire en: English ou Deutsch

Dans notre nouvelle série d’articles #AskTheExpert , les collaborateurs de SWISS répondront aux questions de la communauté des réseaux sociaux sur les défis actuels dans leur domaine de compétence et mettront en avant les solutions qui ont été développées pour notre clientèle. Michael Trestl, notre responsable de la gestion du réseau, est notre expert et répond à quelques questions sur sa vie professionnelle actuelle.

Sur la base de quels critères sélectionnez-vous de nouvelles destinations ou de nouveaux itinéraires ?

Les décisions concernant notre réseau sont basées sur divers facteurs tels que l’évolution de la demande, les besoins des clients ou les flux de trafic internationaux et locaux. Dans le contexte de la pandémie Covid-19, nous devons également tenir compte des restrictions de voyage qui s’appliquent dans les pays respectifs.

Comment évaluez-vous la demande concernant des destinations spécifiques pendant les mois d’été ?

Nous suivons quotidiennement l’évolution de la demande pour les mois d’été, car la situation est très dynamique et en constante évolution. Nous nous appuyons sur divers indicateurs quantitatifs mais aussi qualitatifs, par exemple les recherches effectuées sur notre site, l’évolution générale du Covid-19 dans les différents pays, les flux de circulation généraux, mais aussi l’évolution actuelle des restrictions de voyage dans les pays.

Dans les circonstances actuelles, comment avez-vous décidé des destinations qui seront desservies en juin 2020 ?

Le programme de vols pour le mois de juin comprend jusqu’à 140 vols court-courriers hebdomadaires et environ 20 vols long-courriers hebdomadaires. L’accent est mis principalement sur les passagers locaux mais aussi sur les passagers en correspondance. Pour le trafic intercontinental, nous comptons non seulement sur le volume de passagers mais aussi sur la demande de fret, qui reste toujours très présente, et qui a déterminé une grande partie des destinations du mois de juin.

Comment décidez-vous des prochaines destinations à opérer pendant la haute période ?

Les décisions concernant les prochaines destinations dépendront beaucoup de l’évolution de la pandémie, des pays qui autorisent le trafic touristique et de ceux où nous pouvons répondre à la demande, afin d’offrir un programme de vols attractif à nos clients. 

SWISS aura-t-elle des destinations cargo après la pandémie ?

Actuellement, la demande de cargo est très importante pour SWISS. Spécifiquement dans le trafic intercontinental, où nous avons supprimé des sièges dans certains avions pour pouvoir transporter plus de fret. Dans d’autres avions, nous transportons également du fret sur les sièges passagers. À long terme, cependant, nous ne considérons pas les vols cargo comme un modèle économique pour SWISS. Nous reviendrons très probablement à notre modèle commercial initial : les passagers en cabine, le fret en soute

Comment devient-on responsable du réseau de vol ? 

Il n’y a pas de formation spécifique pour cela. Ce qu’il faut, c’est une compréhension économique prononcée, un intérêt pour l’aviation et les développements internationaux ainsi qu’une compréhension des interdépendances des divers processus au sein d’une compagnie aérienne.

D’après vous, quelle part du trafic pré-covid reviendra d’ici la fin de l’année ?

Il est actuellement très difficile de prédire l’évolution du trafic jusqu’à la fin de l’année. En fonction de l’évolution de la pandémie et des restrictions imposées aux voyages internationaux, nous prévoyons que le volume de trafic atteindra environ 50 % d’ici à la fin de 2020.

Comment pouvez-vous planifier vos vols avec autant d’autres compagnies aériennes desservant les mêmes aéroports ?

Les « créneaux » nous aident à coordonner et à stabiliser notre plan de vol dans les différents aéroports du monde. Les créneaux sont des créneaux horaires pour les décollages et les atterrissages qui sont attribués aux compagnies aériennes par les aéroports respectifs ou leurs autorités. Cela permet d’équilibrer le volume du trafic aérien en termes de temps et de garantir que les opérations de vol se déroulent le plus harmonieusement possible.

Combien de temps faut-il pour redémarrer les vols intercontinentaux ?

Les vols long-courriers nécessitent un délai plus long que les vols court-courriers, car leur complexité est plus grande. Les différentes destinations ayant des réglementations très différentes, le délai d’exécution peut varier de quelques semaines à plusieurs mois.

Quels sont les principaux défis à relever dans les circonstances actuelles ?

  • L’absence de base de planification et de prévisibilité en raison de l’évolution constante de la situation.
  • L’exigence : flexibilité, adaptabilité et réactivité aux conditions changeantes chaque jour ou heure.
  • Une réponse rapidement aux restrictions de voyage liées à la crise et à l’effondrement de la demande (par exemple, réduction des horaires de vol au début de la pandémie).
  • Le maintien d’une connexion minimale entre la Suisse et le monde, en dehors de notre responsabilité en tant que « compagnie aérienne de la Suisse ».
  • Une planification de vols spéciaux (par exemple, vols de rapatriement et vols de fret).
  • L’identification des structures de la demande et création des horaires de vol appropriés.
  • Une conception de nouvelles structures de hub afin de proposer l’offre la plus attrayante possible aux passagers locaux et en correspondance.
  • Une coordination étroite avec les interfaces internes et externes (par exemple, les opérations de vol, etc.)